Chargement...
Chargement...

Les 10 ans de Urban Comics

Une actualité de Libraires BD/Manga
Publié le 23/03/2022
Nouvel anniversaire, nouveaux projets ! Bon anniversaire à Urban Comics !

Dix années que Urban Comics existe, dix années que la maison d’édition fait rêver bon nombre d’entre nous en nous offrant des récits passionnants tout en proposant des idées neuves et innovantes.
Bon anniversaire Urban ! Mais nous n’allons pas laisser la maison souffler ses bougies sans lui vouer comme il se doit un petit retour sur sa naissance, ses projets et son avenir.

Autrefois distribué par Panini Comics en France, DC Comics se retrouve entre les mains de Média Participations en 2011. C’est ainsi qu’une équipe de 5 fiers mousquetaires composée de François Hercouët, Yann Graf, Pôl Scorteccia, Anne Bouvet et Charlène Lecaque se retrouve à la tête de la nouvellement nommée Urban Comics.

Partant avec un handicap fort, les titres de DC, depuis les années 1980 (et notamment le Crisis on infinite earths de Marv Wolfman), profitent d’une édition extrêmement chaotique avec des formats kiosque, strange (la copie française du single issue américain), cartonnés et souples se suivant sans pour autant se ressembler et sans pouvoir offrir au lectorat une lecture simple dans la continuité des histoires de leur héros favoris.

Le hasard faisant bien les choses (ou la saturation des lecteurs au choix), 2011 marque aussi la volonté de DC Comics de construire un nouvel univers avec l'inauguration du New 52 (DC Renaissance en France) suite aux événements du Flashpoint de Geoff Johns. Le récit de ce dernier se concentrant sur une fracture temporelle créée par le Flash/Barry Allen, la chronologie du monde de DC peut alors reprendre de zéro. Le Batman affrontera la cour des hiboux (dans l’excellent arc en 9 tomes de Scott Snyder et Greg Capullo), Kara Zor-El/Supergirl arrivera tout juste sur terre pour faire la connaissance de son cousin Kal El/Superman, le Suicide Squad sera formé et la Justice League se formera pour la première fois pour contrer l’invasion de la terre par Darkseid.

C’est ainsi que Urban Comics va pouvoir lancer une toute nouvelle collection en démarrant sur de solides bases mais aussi au numéro un pour chaque série.

Mais ce qu’il faut savoir c’est que historiquement le premier titre publié par Urban Comics est
Watchmen, le chef d'œuvre de Alan Moore, en 2012.


Une des volonté de Urban Comics est de faciliter l’accès à la lecture du comics notamment en créant différentes collections : DC Archives, DC Renaissance (The New 52), DC Rebirth, DC Confidential, DC Classique… Mais aussi de nombreux labels : DC Black Label, DC Vertigo ou encore Indies.

Tous ont pour objectif d’orienter le plus simplement possible le lecteur dans sa recherche de nouveauté ou de poursuivre l’histoire qu’il a commencé. Mais de plus, les différents labels permettent de mettre en avant la cible visée par le récit : le DC Black Label offre des histoires plus matures dans l’univers DC (Batman White Knight, Hellblazer Rise and fall, Harleen…), DC Vertigo favorise l’édition de titres horrifiques et fantastiques avec des personnages de l’univers DC Comics (Hellblazer, Zatanna…) ou s’en éloignant pour proposer des oeuvres possédant leur univers propre (100 Bullets, American Vampire ou encore Fable) et Indies proposant une ligne éditoriale en marge de l’univers DC Comics et laissant libre court à l’inspiration d’auteurs talentueux (Saga, Deadly Class mais aussi Black Hammer et Gideon Falls).

En cloisonnant au maximum les différents titres composant le catalogue de la maison, la proposition est simple : montrer au plus grand nombre que le comics n’est pas qu’une lecture super-héroïque où nous ne voyons que le plus grand combat de gladiateurs de l’histoire pour citer Alexander Luthor.

Mais Urban Comics a également d’autres idées bien dissimulées derrière les longues oreilles du Batman qu’ils nous proposeront très bientôt et qui continuera d’affiner et de parfaire une proposition grand public et passionnée.

Cet été, la maison lancera une première salve de 10 titres proposés au format poche (dans une collection justement nommée Urban Comics Nomad) et à prix tout doux (moins d’une dizaine d’euros) parmis lesquels nous trouveront les premiers tomes de Fable, Batman White Knight, The Killing Joke mais aussi Watchmen. L’idée est alors de rendre accessible au plus grand nombre le comics d’une première grâce à son format et son prix mais aussi en proposant des titres pouvant plaire à un large panel de personne (White Knight est un récit exceptionnel, Watchmen un essentiel pour tout passionné de bande dessinée, Fable une relecture sombre et mature des contes de fées…).

Puis un autre projet mis en place par la maison d’édition est la création d’indicateurs au dos de chaque ouvrage indiquant, à l’aide d’un code couleur, d’un logo et de l'inscription d’un genre (thriller, action, fantasy…) affilié à un adjectif correspondant (onirisme, cosmique, transdimensionnel…). Ce petit ajout permet donc au lecteur de se situer dans l’univers dans lequel il s’apprête à plonger.


Grande maison à la ligne éditoriale claire et souhaitant valoriser son lectorat, Urban Comics propose de belles et intéressantes pistes pour son avenir mais également pour vous permettre à vous lecteurs de passer des moments inoubliables aux côtés de personnages et de récits incroyables.

Les titres DC

Les titres DC Black Label

Les titres DC Vertigo

Les titres indies