Chargement...
Chargement...

Lovecraft adapté : hommage au maître de l'horreur cosmique

Une actualité de Libraires BD
Publié le 03/03/2021
Avec la sortie le 4 Mars de Celui qui hantait les ténèbres de Gou Tanabe, nous vous proposons d’effectuer un retour sur les nombreuses adaptations des œuvres du maître de l’horreur cosmique de Providence : H.P Lovecraft.

Avant d’être une influence dans le monde de la bande dessinée, Lovecraft inspira bon nombre de créateurs venus de mondes différents tel que le cinéaste John Carpenter avec The Thing en 1982 et Sam Raimi dans Evil Dead en 1981. 

La littérature n’est pas en reste avec des hommages non dissimulés dans l'œuvre du père du splatterpunk Clive Barker et dans celle du monstre sacré de l’horreur : Stephen King.

Le jeu-vidéo également s’est essayé à l’exercice de l’adaptation avec Call of Cthulhu (adaptation de L’appel de Cthulhu) en 2018 ou encore The sinking city en 2019 libre adaptation de L’abomination de Dunwich ou encore du fameux appel.

Dans la bande dessinée, les clins d'œil se sont également multipliés dans divers format comme avec le bestiaire qu’affronte le diable rouge dans le comic book Hellboy, les monstres que défient les enfants du tout récent Créatures aux éditions Dupuis mais aussi avec le Batman combattant un mal étrange venu à Gotham City dans les pages de La malédiction qui s’abattit sur Gotham


L’adaptation pure des écrits de H.P Lovecraft, même si elle n’est pas récente, s’est largement démocratisée depuis le coup de maître de Gou Tanabe en 2018 avec la mise en image des Montagnes hallucinées, surement le meilleur et le plus connu des romans de Lovecraft. Le récit suit une équipe de scientifiques dans le cercle arctique partie récolter des échantillons géologiques. Sur place ils découvriront une cité cachée par delà la montagne qui, semble t-il, fut construite par les grands anciens : des êtres cosmiques venus d’outre-espace il y a bien longtemps pour dominer la race des hommes.

Tout au long de l'œuvre de Lovecraft, les grands anciens prennent de plus en plus d’importance. Ces derniers étant la pierre angulaire des écrits de l’écrivain, les différents artistes s’étant adonnés au périlleux exercice de l’adaptation tentent chacun à leur manière de donner corps aux monstruosités sorties de l’esprit de l’écrivain de Providence. 

Gou Tanabe prend la décision d’exposer aux yeux du lecteur quelque chose de très graphique et organique mettant l’accent sur les corps décharnés. L’esthétique du manga pouvant être de prime abord un moyen d’expression quelque peu étrange pour une représentation de l’horreur de Lovecraft, le pari est gagné haut la main grâce à l’utilisation des nuances de noir et gris très prononcées. 

Il en est de même avec le travail d’Alberto Breccia sur Les mythes de Cthulhu aux éditions Rackham. L’utilisation des courbes et des projections de peinture noire permet de traduire le côté instable de l’esprit des personnages et de leur réaction face à l’horreur par delà l’imagination.

Les nombreuses autres adaptations et/ou libres inspirations de l'œuvre de H.P Lovecraft adoptent également le parti pris des nuances sombres et du travail sur les corps et les liquides. Alan Moore l’aura bien compris dans son Providence en situant l’action de son récit dans un village côtier qui est, dans la grande majorité des écrits d’origine, l’antre des grands anciens et du mythique et terrifiant Cthulhu !

La putréfaction, la décomposition des corps, l’aliénation et la folie sont les maîtres mots et la ligne directrice suivie par les différents auteurs et artistes qui auront tenté de rendre hommage à Lovecraft.

La bande dessinée, avec les adaptations de Lovecraft, a une double mission : retranscrire un écrit et tenter de donner forme à des idées bien souvent passées sous silence dans les œuvres de l’écrivain. Il est alors question d’un exercice graphique mais également littéraire avec un décryptage consciencieux des écrits originaux pour proposer au lectorat un tableau de désolation somptueux tout droit issu des rêves cosmiques de l’écrivain reclus. 


La tâche est complexe mais l’exercice est accompli : donner un visage aux magnifiques horreurs imaginées il y a plus de 90 ans par H.P Lovecraft. Marginal, fou, alcoolique et drogué ce grand “outsider” aura livré au monde de la culture un des mythes les plus passionnant et foisonnant de l’imaginaire moderne.

Lovecraft en bande dessinée

Pour en savoir plus

L'appel de Cthulhu

Le dernier tome de Gou Tanabe : L'appel de Cthulhu est un passage obligatoire pour tous les fans ...

1