Chargement...
Chargement...

La génération perdue : des Américains à Paris, 1917-1939

Auteur : Vincent Bouvet

Paru le : 28/04/2016
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

65,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Un ouvrage sur la génération d'artistes américains ayant vécu et exercé à Paris entre les deux guerres : Ernest Hemingway, Gertrude Stein ou encore Francis Scott Fitzgerald. Prix Tour Montparnasse 2016 (catégorie beaux-arts). ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Jusque dans les années 1950, Paris demeura la capitale culturelle du monde occidental. Elle exerça un attrait quasi magnétique sur des générations entières d'artistes et d'intellectuels. Beaucoup d'entre eux migrèrent vers la Ville Lumière pour une période plus ou moins longue. Durant l'entre-deux-guerres, les expatriés anglophones, américains pour la plupart, furent particulièrement nombreux, impressionnés par la beauté de la ville, subjugués par la prégnance de l'Histoire, séduits par les restaurants et les cafés, attirés par la vie nocturne. L'épicentre de la communauté se situait rive gauche, dans le quartier Montparnasse. Paris devint un terrain favorable pour que se révèlent des écrivains novateurs et controversés : Ernest Hemingway, puis Henry Miller. Une certaine «américanité» trouva ainsi sa source sur les bords de Seine et investit tous les arts : peinture, photographie, sculpture, architecture, danse, mode, etc. Durant ces deux décennies, 1920-1930, vécurent à Paris quelques-unes des autres figures littéraires américaines majeures comme Francis Scott Fitzgerald, John Dos Passos, William Carlos Williams, mais aussi les Britanniques James Joyce ou Samuel Beckett. Les femmes, dont Gertrude Stein ou Djuna Barnes, furent des actrices à part entière dans cette révolution du modernisme. À la citation «L'Amérique est mon pays et Paris est mon chez-moi» de Gertrude Stein pourrait répondre le refrain de la chanson «J'ai deux amours, mon pays et Paris» de Joséphine Baker. Ces deux adages résument ce que fut cette aventure singulière de la Génération perdue. Ce livre reflète l'atmosphère toute particulière qui enveloppa ce Paris des Années folles grâce - entre autres - à près de 180 photographies signées des plus grands : Berenice Abbott, Eugène Atget, Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Gisèle Freund, André Kertész, Man Ray, Alfred Stieglitz, Edward Steichen ainsi que de talentueux professionnels de presse et anonymes qui, tous, surent capter l'air du temps créatif.

Fiche Technique

Paru le : 28/04/2016

Thématique : Art du XXème siècle

Auteur(s) : Auteur : Vincent Bouvet

Éditeur(s) : Cohen & Cohen éditeurs

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-36749-019-8

EAN13 : 9782367490199

Format : Non précisé.

Reliure : Relié

Pages : 284

Hauteur : 28 cm / Largeur : 23 cm

Épaisseur : 3,6 cm

Poids : 1796 g