Chargement...
Chargement...

La maison dans laquelle

Auteur : Mariam Petrosyan


Un coup de coeur de Sixtine

Mais quel livre incroyable ! Ne vous laissez pas impressionner par ses 1070 pages, franchissez le seuil de la Maison, laissez derrière vous toute normalité, rationalité, habitude ….

Tristan Garcia parle dans la préface de l’ouvrage d’un « Harry Potter punk et cramé dans l’Interzone », on retrouve en effet de Poudlard cette ambiance d’un internat adolescent, avec ses différentes maisons, ici des groupes ayant chacun ses signes distinctifs et son chef. Mais Harry Potter façon Mariam Petrosyan serait tombé de son balai en plein vol, car la Maison héberge des freaks, des mineurs marginaux, tous plus ou moins handicapés physiquement ou mentalement. Attention là n’est pas le sujet, ce qui compte c’est l’univers créé : la Maison est un monde en soi. Dehors c’est l’Extérieur, et de l’Extérieur on ne veut rien savoir et surtout tout oublier. On ne sait d’ailleurs pas vraiment où se situe cette maison. L’important c’est ce qu’il se passe entre ses murs, les lois qui la régissent, les légendes qui la bercent, les graffitis qui la parsèment, autant de règles tacites que se transmettent enfants et adolescents de promotions en promotions. Il y a bien des adultes dans la Maison : éducateurs, professeurs, infirmières … mais la plupart évoluent en marge et n’ont pas leur mot à dire face à la force d’un groupe qui s’est construit sans eux. Chaque personnage est connu par son surnom, reçu dès qu’il est adoubé par les autres pensionnaires. Le lecteur évolue auprès de Chacal Tabaqui, Sphynx, Rousse, Lord ou encore Eléphant. Leurs voix se croisent, mêlant récits de leur enfance dans l’internat et temps présent. Ce présent représente pour les narrateurs leur dernière année avant la sortie de la Maison, moment que tous redoutent et qui va constituer l’acmé du récit.

Mariam Petrosyan livre un roman initiatique puissant, original et inoubliable. Elle reconstruit magistralement l’univers adolescent, la force de ses amitiés, ses peurs et ses doutes, son imaginaire mystérieux et envoutant, ici toujours oscillant entre poésie et grande violence. Des extraits de romans de Lewis Carroll sont en exergue de certains chapitres, et il y a de l’univers à la fois merveilleux et terrifiant des romans de l’écrivain dans celui que se construisent les pensionnaires de la Maison.  Pour citer encore Tristan Garcia, « Il y a des livres-maisons. On ne lit qu’à condition de les habiter ». Cette maison là on l’habite le temps de la lecture, et c’est avec une grande mélancolie qu’on la quitte.

15,50 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

La maison est un lieu où de jeunes adolescents perdent leurs repères et changent d'identité, pour faire l'expérience de l'amitié, de l'amour, du conflit, de la peur, etc. C'est un endroit pour s'initier à la vie, que personne n'a envie de quitter pour affronter la réalité. Premier roman. ©Electre 2020

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 17/09/2020

Thématique : Littérature Russe - Polonaise

Auteur(s) : Auteur : Mariam Petrosyan

Éditeur(s) : Monsieur Toussaint Louverture

Collection(s) : Les grands animaux

Contributeur(s) : Traducteur : Raphaëlle Pache

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 979-10-90724-92-1

EAN13 : 9791090724921

Format : Non précisé.

Reliure : Broché sous jaquette

Pages : 1070

Hauteur : 20 cm / Largeur : 13 cm

Épaisseur : 4,8 cm

Poids : 720 g