Chargement...
Chargement...

Sociologie comparée du cannibalisme. Volume 2, La consommation d'autrui en Asie et en Océanie

Auteur : Georges Guille-Escuret

Paru le : 01/02/2012
Éditeur(s) : PUF
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

32,50 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Comparaison ethnologique de diverses formes d'anthropophagie en Asie et en Océanie, de la prédation coutumière qui limite la violence entre sociétés égalitaires à des jaillissements au sein d'Etats soumis à des désarrois exceptionnels. Replace chaque cas dans son contexte historique, écologique et culturel. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Autant, dans le premier volume, le cannibalisme africain a sans cesse paru répliquer aux aléas de la traite esclavagiste, autant, en Asie et en Océanie, c'est la diversité des expressions et des contextes qui s'impose en priorité à l'observation. Même parmi les peuples où des institutions admettent et réglementent son éventualité, la fréquence et les modalités pratiques de l'anthropophagie subissent des variations considérables au gré des circonstances écologiques et historiques. Elle s'oppose alors aux rituels de la chasse aux têtes qui tendent au contraire à se spécialiser et résistent davantage au changement : le cannibalisme se caractérise en contraste par sa plasticité. Sporadique et conjoncturel dans des sociétés égalitaires où il participe à une retenue de la violence, on le voit devenir frénétique quand, par son truchement, le chef veut affirmer une suprématie sur des rivaux. Une limite toutefois : le maître qui accumule la consommation de ses congénères peut bien devenir divin, mais non souverain. Le monarque authentique, lui, fonde l'État en rejetant le comportement du fauve. Néanmoins, l'absence générale d'une rupture déclarée de la culture avec la nature engendre au XXe siècle quelques jaillissements inattendus de la prédation sur autrui (Seconde Guerre mondiale, Révolution culturelle, etc.) où le «civilisé» patenté mime un «sauvage» refoulé en lui. Selon un vieux poncif, le cannibalisme révèlerait un manque de contrôle social, donc une inaptitude à garantir l'ordre. En réalité, chaque société pense à sa façon les excès et les restrictions : fureurs honorables, désordres excusables et transgressions intolérables. Parfois, le plus redoutable des mangeurs d'hommes ne fait qu'obéir à un mode de vie très contraignant.

Fiche Technique

Paru le : 01/02/2012

Thématique : Anthropologie

Auteur(s) : Auteur : Georges Guille-Escuret

Éditeur(s) : PUF

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Sociologie comparée du cannibalisme, n° 2

ISBN : 2-13-059166-3

EAN13 : 9782130591665

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 409

Hauteur : 22 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 2,2 cm

Poids : 578 g