Chargement...
Chargement...

Territoires palestiniens de mémoire

Paru le : 15/11/2006
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Hommes et sociétés
Contributeur(s) : Directeur de publication : Nadine Picaudou-Catusse

28,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Ces contributions mêlent dimension historique et perspectives de socio-anthropologie pour explorer les territoires multiples de la mémoire palestinienne, des formes qu'elle revêt et des usages qu'elle sert, notamment dans les camps de réfugiés de Jordanie et du Liban et dans les territoires occupés. Un ensemble d'éléments inédits pour une histoire sociale de la mémoire palestinienne. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

L'histoire de la Palestine et de son peuple est inextricablement liée à celle de l'État d'Israël et à la nakba (catastrophe) de 1948. A l'heure où les historiens israéliens se penchent sur les récits fondateurs de leur pays, l'État palestinien n'existe toujours pas. Cette différence de statut, entre un État-nation et une nation sans État, pose un problème dans l'écriture et l'interprétation des faits historiques. Les historiens israéliens peuvent aujourd'hui «réviser» leur histoire dans la mesure où l'État israélien existe depuis 1948 et que les écrits se rapportant à la construction de cet État sont remis en cause. Pour les Palestiniens, l'enjeu est différent: avant de réviser leurs récits historiographiques, ils doivent constituer la base de leurs recherches à travers la collecte d'archives, revoir des périodes essentielles pour la constitution nationale, marquée par le désastre de 1948, pour enfin rédiger un récit historiographique fondateur d'un État palestinien. 1948 reste l'année de départ de l'historiographique palestinienne, car elle marque l'année de l'exil pour des milliers de Palestiniens expulsés de leur territoire. Pour se rappeler la Palestine, les récits reviennent souvent à l'avant-catastrophe. La nakba devient l'événement fondateur d'une nation dispersée. Le recours à l'histoire orale est par conséquent essentiel pour la reconstitution de la mémoire palestinienne. Dans cette optique, l'actuel ouvrage s'attache à en cerner les traces dans les camps de réfugiés de Jordanie et du Liban, parmi les Palestiniens émigrés dans d'autres pays arabes, enfin en Cisjordanie et à Gaza même où les habitants restés sur place depuis 1948 ont vu le retour des réfugiés (les returnees) après les accords d'Oslo de 1993 et la mise en place de l'autorité palestinienne. Cette exploration des multiples territoires de la mémoire palestinienne, des formes qu'elle revêt et des usages qu'elle sert, s'est nourrie de la richesse des matériaux collectés par un ensemble de jeunes chercheurs qui ont revisité le difficile terrain palestinien, armés des problématiques les plus novatrices en sciences humaines. Les études qu'ils proposent sont autant d'éléments inédits pour une histoire sociale de la mémoire palestinienne.

Fiche Technique

Paru le : 15/11/2006

Thématique : Anthropologie

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Karthala Presses de l'IFPO

Collection(s) : Hommes et sociétés

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84586-817-0

EAN13 : 9782845868175

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 379

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 610 g