Chargement...
Chargement...

Kachina, messagers des dieux hopis et zunis = Kachina, messengers of the hopi and zuni gods

Auteur : Eric Genestre

Auteur : Eric Mickeler

Paru le : 19/10/2011
Éditeur(s) : Somogy
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Aviva Cashmira Kakar - Traducteur : Michael Taylor

39,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Dans la culture des Indiens Hopis et Zunis du Nouveau-Mexique et de l’Arizona, les Kachina sont des esprits. A l’occasion de fêtes rituelles, ces esprits sont incarnés par des danseurs masqués et costumés. Ils sont aussi représentés par des poupées destinées aux enfants. Cet ouvrage retrace les origines de cet art et présente certaines de ces poupées et masques traditonnels. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Présentation en français Esprits du feu, de la pluie, du vent, des morts, esprits farceurs, espiègles ou malfaisants, les Kachina sont les esprits tutélaires de la culture indienne hopi et zuñi du Nouveau-Mexique et de l'Arizona. Invoqués lors des fêtes rituelles, ces messagers des dieux font usage de leurs pouvoirs bénéfiques afin d'aider les hommes à poursuivre leur voyage dans la vie. Incarnés par des danseurs masqués et costumés, les Kachina sont aussi des poupées destinées aux enfants qui les familiarisent avec la liturgie hopi. Elles rythment toute la vie des Hopis, à tel point que l'on comptera plus de 300 effigies selon les anthropologues. Souvent fabriquées en racine de peuplier américain, ces figurines ont connu une évolution typologique considérable. Tout d'abord sculptées dans des formes géométriques, elles emprunteront peu à peu à l'homme des détails anatomiques et s'orneront au fil des siècles de vêtements et de parures. Le pouvoir suggestif des poupées Kachina a fasciné les Occidentaux. Ainsi, pris de passion pour l'art hopi, Max Ernst, André Breton, Paul Éluard, Claude Lévi-Strauss, entre autres, en constituèrent de belles collections, Max Ernst ne prenant d'ailleurs jamais le volant de sa voiture sans avoir au préalable embarqué une poupée Kachina ! Présentation en anglais Guardian beings in the Native American Hopi and Zuñi cultures of New Mexico and Arizona, kachinas are spirits of fire, rain, wind or the departed. There are practical joker kachinas, mischievous kachinas, even malevolent ones. Summoned in ritual ceremonies, these messengers of the gods use their beneficial powers to allow humans to continue their journey through life. Masked dancers dress up as kachinas for religious purposes. Kachina dolls are made to familiarize Hopi children with the liturgy of their tribe. Kachinas rhythm the entire life cycle of the Hopis. Anthropologists have identified over 300 kachina figurines. Usually carved from cottonwood roots, kachina dolls have undergone a considerable typological evolution. Initially carved in geometric shapes, they gradually began to borrow naturalistic human anatomical details and, with the passing centuries, have acquired elaborate garments and headdresses. The evocative power of kachina dolls has long fascinated Western Europeans. Artists and writers such as Max Ernst, André Breton, Paul Éluard, and Claude Lévi-Strauss, among others, were keenly interested in Hopi art and assembled stunning collections of kachina dolls. Max Ernst never got into his car without taking along a kachina doll.

Fiche Technique

Paru le : 19/10/2011

Thématique : Art du Monde

Auteur(s) : Auteur : Eric Genestre Auteur : Eric Mickeler

Éditeur(s) : Somogy

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7572-0463-7

EAN13 : 9782757204634

Format : Non précisé.

Reliure : Relié sous jaquette

Pages : 191

Hauteur : 29 cm / Largeur : 26 cm

Épaisseur : 1,9 cm

Poids : 1353 g