Chargement...
Chargement...

La marche, une philosophie abordable

Publié le 05/08/2009
« Marche ou crève ! », criait-on…Désormais c'est « Marche et revis ! » Petite sélection de livres sur les bonheurs de la marche.
Avec le progrès l'Homme a de plus en plus renoncé à utiliser ses pieds pour se déplacer. Mobile même s'il passe de plus en plus de temps devant la télé à regarder des reportages sur les grands aventuriers, il redécouvre pourtant régulièrement les incroyables vertus de cette pratique, à la portée de chacun. Désormais les écrivains, les philosophes, les aventuriers n'hésitent plus à interroger ce mode de déplacement et cette façon de voir le monde, lentement, dans un siècle qui ne parle que de vitesse. Quelques heures d'avion et vous voilà à l'autre bout du monde, dispos et pressé d'accumuler les impressions. A travers quelques livres du rayon sciences Humaines et du rayon Littérature voici un petit éloge de la lenteur et de cette activité qui ne réclame que des chaussures, et encore – une petite sélection de textes qui vous feront les pieds.

Eloge de la marche, David Le Breton
Page à page l'auteur nous promène aux côtés de Pierre Sansot, Stevenson, il évoque le plaisir de marcher comme une résurrection, une « ouverture au monde ». La marche nous apparaît alors comme un acte libérateur où l'on se rencontre, échange, on se détache petit à petit du matériel pour revenir à l'essentiel: la pensée, libre...

L'Art de se promener, Karl Gottlob Schelle
Il existe autant de promenades que d'états d'âme; chacune d'entre elles nous procure une sensation particulière selon le lieu (en pleine nature, dans un jardin...), la présence ou non d'accompagnateurs...Tout comme l'art de vivre, la promenade est une pratique quotidienne qui mérite qu'on y attache de l'importance, au point d'en faire tout un art! Ce livre offre des petites promenades philosophiques, qui nous donnent envie d'aller faire un tour...

Petit traité sur l'immensité du monde, Sylvain Tesson
Au cœur du voyage et de l'aventure, Sylvain Tesson mène une réflexion sur la solitude et le plaisir de l'essentiel: ce récit de vie nous apprend que vagabonder à travers le monde est une véritable épreuve. Face à lui-même, Tesson renoue avec la terre, le bonheur de déambuler sur des territoires inconnus, en dehors de toute notion du temps. Il célèbre alors l'hédonisme et le plaisir des sensations à l'état pur.

Du bon usage de la lenteur, Pierre Sansot
 « Flâner, ce n'est pas suspendre le temps mais s'en accommoder sans qu'il nous bouscule. » … Pierre Sansot revendique la lenteur, pourtant si décriée dans notre société, comme un choix de vie nécessaire à notre épanouissement. Il la perçoit non pas comme un trait de caractère dépréciatif mais comme une autre vision possible de notre culture, qui nous permettrait alors de respirer davantage, de poser nos actes et nos pensées et les rendre ainsi meilleurs.

Marcher, méditer, Michel Jourdan, Jacques Vigne
 « Seules les pensées qui nous viennent en marchant ont de la valeur. »Michel Jourdan, en reprenant cette phrase de Nietzsche, plonge la marche dans toute sa spiritualité et son sacré à travers les rites du monde. Il explique alors tous les styles de marche qui existent, faisant d'elle à la fois une coutume taoïste, bouddhiste, tout comme un loisir simple et harmonieux.
La marche et la méditation deviennent des sœurs spirituelles au service de la contemplation et du voyage.

Petite philosophie du marcheur, Christophe Lamoure
Christophe Lamoure arpente les diverses notions que la marche nous évoque : lenteur, effort, pèlerinage, balade, et bien d'autres. Il redonne à l'acte de marcher sa dimension historique, sémantique et sociale, en nous rappelant ses vertus d'harmonie entre corps et esprit, un mode de déplacement « le plus naturel qui soit ». Lamoure renoue également la marche avec les péripatéticiens, ces fameux philosophes marcheurs et leur aventure spirituelle.
Ce petit livre, idéal en cette saison d'apaisement et de détente, redéfinit un acte totalement archaïque de manière agréable et surprenante.

Marcher, une philosophie, Frédéric Gros
Frédérick Gros nous propose une réflexion philosophique sur la marche. Il nous rappelle que la marche est à la portée de tous, qu'elle nous permet de goûter et de se délecter d'un sentiment de liberté. Liberté de jouir du temps, de l'espace, de son corps, liberté à l'épreuve de la nécessité la plus stricte c'est-à-dire celle de la subsistance. Voilà ce qui exalte les sens et la pensée. Nietzsche, Rimbaud, Rousseau, Thoreau, Nerval, Kant, Gandhi ont pratiqué assidûment et passionnément la marche. La marche est un art de vivre, un exercice spirituel et philosophique.

Sur la route 66, Eric Sarner
Une évocation de la célèbre route chantée par Nat King Cole qui traverse les Etats-Unis entre Chicago et Los Angeles sur 4000 kilomètres à travers des paysages grandioses : on y croise les fantômes d'Allan Ginsberg, John Steinbeck ou Jack Kerouac qui s'y connaissait en matière de route……

Grand Tibet et vaste Chine, Alexandra David -Neel
Infatigable marcheuse et exploratrice de contrées lointaines, cet écrivain voyageur plutôt du genre halluciné entreprit en son temps de pénétrer au Tibet après de nombreuses années passées en Chine et en Inde : elle se convertit au Bouddhisme et à son enseignement, devenant ainsi une icône pédestro-religieuse….

Longue marche, Bernard Ollivier
D'Istanbul à Xian, Bernard, Bernard Ollivier, ayant atteint la soixantaine et se demandant que faire de sa peau (et de ses pieds) a mis quatre ans pour réaliser son rêve : 12000 kilomètres à pied en solitaire en longeant l'ancienne route de la soie …Un récit riche et passionnant pour un parcours semé de dangers à la découverte…de soi. 

En Afghanistan, Rory Steward
Au cœur d'un pays meurtri par les guerres, une approche authentique de la traversée d'Hérat à Kaboul d'un jeune diplomate spécialiste du Proche et Moyen Orient. En ces temps de guerre et de communiqués pénibles, une belle manière de se réconcilier avec cet incroyable pays.

L'ivresse de la marche, Emeric Fisset
Fervent marcheur après avoir été un cycliste émérite, l'auteur nous invite à le rejoindre dans sa philosophie liée à cette discipline. Pour lui la marche n'a qu'un but, immense et respectable : nous redonner l'inestimable faculté d'émerveillement. Peu importe la gloire et la recherche de l'exploit !

L'homme qui marchait sur la lune, Howard McCord
Une intrigue au cœur du Nevada où un étrange personnage arpente inlassablement les flancs d'une montagne réputée pour son hostilité. Rapidement, cependant, il a l'impression d'être suivi. Un livre intelligent, surprenant et haletant qui nous fait plonger au cœur de ce que la nature humaine a de plus obscur.

Chemin faisant
, Jacques Lacarrière
Un classique du genre pour découvrir routes et chemins de France en toute liberté. Grand amoureux de la nature et de ses merveilles, l'écrivain nous fait partager ses explorations et son goût pour la marche à pied. 
       
A marche forcée, Slavomir Rawicz
Quand la marche à pied devient une corvée… Dans ce livre étonnant publié en 1956 puis épuisé pendant très longtemps, on assiste à la marche, pour une improbable survie, d'un groupe de bagnards évadés d'un camp Russe situé près du Cercle Polaire. Ils vont errer jusqu'en Inde dans des conditions précaires ; histoire vraie ou fiction, ce récit est une leçon de courage à découvrir absolument.

Voyages avec un âne dans les Cévennes, Robert Louis Stevenson
Le livre cultissime des marcheurs qui, pour les plus vaillants, refont, kilomètre après kilomètre le parcours du grand auteur écossais : en 1878, déjà malade, celui-ci entreprend un périple solitaire avec son ânesse Modestine du Monastier aux faubourgs d'Alès. Et la lenteur des routes peu fréquentées qu'il emprunte va lui insuffler une nouvelle énergie. 

La lenteur des bœufs
Mémoire de la neige, Julio Llamazares
Unique recueil de ce géant des lettres espagnoles, ce livre rassemble des poèmes dans lesquels la sensibilité de l'auteur affleure à chaque vers. S'ils ne sont pas directement consacrés à l'apologie de la marche, ils mettent néanmoins en avant un mode de vie rural basé sur la lenteur et la marche. Un livre magnifique qui annonce déjà un certain nombre de thèmes centraux de son chef d'œuvre intitulé La pluie jaune.

Le Sens de la marche, Jacques Reda
Cette série de poèmes et de descriptions en prose sur le thème du paysage et de la marche est signée par l'un des plus grands apologistes de la déambulation urbaine que connaît notre époque. Magnifique !

Bêtes, Hommes et Dieux, Ferdynand Ossendowski
Dans la veine de Slavomir Rawicz, ce récit d'aventure vécue relate le périple forcé d'un homme qui va tenter le tout pour le tout pour sa survie. Partant d'un village de Sibérie centrale, il va traverser une bonne partie de l'Asie pour rejoindre l'Himalaya et nous livre ici un récit véritablement passionnant.

En Patagonie, Bruce Chatwin
Est-il encore besoin de résumer ce grand classique de la littérature de voyage, et lecture obligée pour tous les amoureux de la Patagonie ? Le livre de Chatwin raconte son périple à travers l'extrême sud de l'Amérique du Sud – un récit à la fois étrange et cocasse.

Quinze cents kilomètres à pied à travers l'Amérique, John Muir
Ancêtre de l'écologie américaine, c'est à John Muir que l'on doit les Parc Nationaux. Ce carnet de route se présente comme la suite de Souvenirs d'enfance et de jeunesse. A la fois botaniste et naturaliste, l'auteur y raconte le voyage qu'il a entreprit à la fin des années 1860 à travers l'Amérique.

L'art de marcher, Rebecca Solnit
Dans ce livre, l'histoire de la marche est explorée comme une activité en soi et pas seulement comme moyen de locomotion : les pèlerinages, le nomadisme des comédiens et des musiciens, la marche propice à la réflexion et à la création pour les auteurs et les penseurs. Le sujet est surtout vu sous un angle occidental avec quelques pratiques asiatiques, sud-américaines et africaines.
Chargement...