Chargement...
Chargement...

Titres : des poches chez Bourgois

Publié le 28/04/2009
On ne juge pas un livre à sa couverture. Et pourtant… La collection "Titres" a sa marque de fabrique : des couvertures blanches aux lettrages sobres, élégants, déclinés en couleurs.
« Titres » est fait pour ravir l'amateur en quête de perles rares et de textes exigeants, une sélection de textes originaux avec un double objectif éditorial : accompagner la sortie d'un nouveau roman d'un auteur en grand format pour mieux faire connaître son œuvre et remettre en lumière des titres du fonds.

Nous vous proposons une petite sélection de ces ouvrages.

Tentative d'épuisement d'un lieu parisien, de Georges Pérec
« Ecrire, pour laisser quelque part un sillon, une trace, une marque ou quelques signes. »
Pendant 3 jours consécutifs, en 1974, Pérec s'est installé dans un petit café de la place Saint Sulpice pour noter tout ce qu'il y voit, pour écrire sur « ce qu'il se passe quand il ne se passe rien ». Instantanés de l'époque 70, morceaux d'humour, l'auteur nous livre une retranscription du réel irrésistiblement poétique.

Le Banquier anarchiste, de Fernando Pessoa
Suite aux récents évènements qui ont secoué les milieux financiers et qui ont provoqué la crise que vous savez, nous ne saurions trop vous inviter à lire ce fameux CQFD* : deux hommes discutent, l'un d'eux est banquier. En quelques réflexions faciles, absurdes, de mauvaise foi ou extrêmement rusées (au lecteur de choisir !), il va démontrer à son ami que l'on peut être banquier et anarchiste et qu'il travaille à sa façon à imposer sa doctrine au monde. De la provocation à l'état pur !
*Ce Qu'il Fallait Démontrer.

A la Cadence de l'herbe, de Thomas Mc Guane
Etonnant roman d'aventure picaresque, A la cadence de l'herbe tient à la fois de la saga familiale et de la satire sociale. On y croise les derniers cow-boys aux bottes poussiéreuses tout en y sentant les effluves délétères des grandes villes toutes proches au parfum acre et amer d'une  modernité aussi violente que vaine. Un beau pêle-mêle – très organisé tout de même ! – qui bascule aussi parfois dans la comédie la plus déjantée. Ah ! La nostalgie des grands espaces…

Un singulier regard, de Fernando Pessoa
L 'oeuvre de Pessoa est on ne peut plus inépuisable, elle est de celles qui vous accompagnent votre vie durant. Celle-ci attendait son lecteur, remisée dans une grande malle par le poète lisboète. De nouveaux textes inédits font l'objet d'un volume de cette collection. Pessoa se raconte dans ces textes qui sont un pendant à son Livre de l'Intranquilité ; ils rendent compte de l'homme aux multiples identités, à la sensibilité exacerbée, à chaque étape de son existence.  Pessoa tente de répondre ici à la grande question qui hanta de son vivant Holderlin : comment « habiter la terre en poète ? » C'est cette quête métaphysique, tout à la fois lumineuse, humble et profondément humaine que ces textes vous dévoileront. Sûrement la meilleure introduction à l'oeuvre protéiforme et fascinante du grand, du très grand Fernando Pessoa!

Le boqueteau 125, d'Ernst Junger
On a salué il y a peu l'entrée du grand écrivain allemand, témoin et mémorialiste du siècle passé, dans la Bibliothèque de la Pléiade. Saluons aujourd'hui comme il se doit l'entrée de ce texte dans la collection Titres dont l'unique traduction et parution remontait à... 193 ! L'auteur, témoin et acteur de la Grande Guerre, réutilise la matière de son roman magistral Orages d'acier dont ce texte-ci est un pendant. De même que Werth dans son Clavel soldat ou Gabriel Chevallier dans son roman La Peur (dont nous saluons la réédition aux éditions du Dilettante), Junger nous plonge dans l'enfer des tranchées, dans cette expérience hallucinée et décisive qui scella le destin de l'homme Junger, de l'histoire de son pays et de son siècle. Un grand texte sur la Première Guerre mondiale par l'un des plus grands écrivains européens du XXe siècle!

Le bruit du temps, d'Ossip Mandelstam
Voilà un grand poète, à ranger aux côtés de Maïakovski ou Tsvetaeva, lui aussi victime expiatoire de l'implacable régime stalinien.
A travers l'évocation de son enfance et de son adolescence, l'auteur des Cahiers de Voronej interroge son rapport aux livres et à son identité juive. Mandelstam restitue ici toutes les odeurs, les couleurs et les idées d'une époque, d'un monde à jamais engloutis, celle d'une Russie préservée, encore fourmillante, telle que Nabokov, lui-même, l'a si bien évoquée dans ses souvenirs. Un livre lumineux et rare, un destin tragique!

Picasso, de Gertrude Stein
Gertrude Stein a largement contribué à la diffusion du cubisme et plus particulièrement de l'oeuvre de Picasso, de Matisse et de Cézanne.  Cette courte biographie de Picasso constitue un précieux témoignage puisque, à travers de nombreuses anecdotes, le grand artiste cubiste nous apparaît dans toute sa splendeur. Un très bel hommage à un Picasso qui a su pour le mieux incarner son siècle, siècle de construction et de destruction. Nous pouvons affirmer que, plus prosaïquement, Picasso, c'est un grand homme par une grande femme !
 
Jeunesse sans dieu, de Odon von Horvath
L'oeuvre de cet auteur est hantée par la question de Dieu, et plus particulièrement du sens et de la nécessité de valeurs dans un monde implacable. Il est en effet un témoin de son époque et Jeunesse sans dieu nous plonge dans la vie d'un lycée où l'idéologie fasciste remporte des suffrages, inexorablement. Or ce déferlement de violence ne sera pas sans conséquences, le crime servant de révélateur et d'exutoire à toute une société malade. Livre sur la responsabilité individuelle et collective, sur la perte de valeurs et de repères d'une jeunesse et, partant, d'une société en plein naufrage.

Outre ces textes emblématiques, vous trouverez ci-dessous une sélection de nos titres favoris. Mais la collection Titres en comporte bien davantage : près de quatre-vingt dix : vous aurez le choix du Titre(s)...
Chargement...