Chargement...
Chargement...

Une nuit de sommeil...

Publié le 10/03/2004
Une nuit, qu'y a-t-il dans une nuit ?

Un tiers de notre vie !
Nous passons un tiers de notre vie à dormir... Le sommeil, sa qualité, le temps et l'attention que nous lui consacrons sont des facteurs essentiels de notre qualité de vie. Paradoxalement, nos sociétés contemporaines, vouées au mânes du rendement et de l'efficacité, méconnaissent l'importance du sommeil puisque nous lui accordons de moins en moins d'importance, jusqu'à considérer ces précieuses heures de repos comme un gaspillage de temps.
Paradoxalement, nous fuyons et recherchons à la fois ces périodes de repos, d'oubli de soi et de rêve. Les Français, grand anxieux et consommateurs de somnifères, sont de plus en plus nombreux à consulter les centres de traitements de troubles du sommeil comme la Clinique du Sommeil de l'hôpital Pellegrin ou celui de la clinique du Tondu, preuve que ce cruel manque de repos que nous imposent nos rythmes de vie moderne est loin d'être anodin.

Le sommeil, comment ça marche ?
Quand s'efface le jour, que vient la nuit, l'homme s'endort, cédant ainsi au grand cycle périodique qui scande nos journées. Veille, repos, réveil... D'un pôle à l'autre, le monde animal est ainsi fait qu'il a besoin de ces moments d'abandon où se reconstituent les réserves d'énergie.
C'est une catastrophe épidémique d'ampleur mondiale qui a permis aux scientifiques de découvrir le mécanisme du sommeil. En effet, parmi les symptômes de la grippe espagnole qui ravagea l'Europe au lendemain de la première guerre mondiale figurait des états d'éveil permanent ou de léthargie qui conduisaient irrémédiablement les malades à la mort. Konstantin Von Economo, neurologue viennois, examina le cerveau des victimes et constata la présence de lésions localisées différemment selon que le malade était léthargique ou en état d'éveil permanent. Cela lui permit de localiser les zones à l'oeuvre dans la gestion de la veille et du sommeil et ainsi d'ouvrir la voie à l'exploration scientifique du sommeil. Depuis le XVIIIe siècle, on connaissait l'existence d'une horloge biologique chez les animaux, mais ce n'est que durant la seconde moitié du XXe siècle que les rythmes humains intéressèrent les médecins et biologistes. Naquît ainsi la chronobiologie à l'oeuvre dans nos cycles de veille et de sommeil.

Le cycle du sommeil : cinq stades.

L'endormissement.
Quelques minutes au cours desquelles les muscles se relâchent. Ce sommeil fragile s'accompagne parfois d'hallucinations visuelles ou auditives. Le sujet, s'il se réveille, assure souvent qu'il ne dormait pas.

Le stade II
Il représente environ 50% de la durée du sommeil. Plus profond que l'endormissement, le sujet est moins sensible aux bruits extérieurs.

Les stades III et IV
C'est le sommeil lent profond. Survenant environ 20 à 40 minutes après l'endormissement, ils représentent 25% du temps de sommeil. Relaxation musculaire importante, mise au ralenti de toutes les fonctions vitales, c'est la phase essentielle des processus de récupération. C'est au cours de ces deux phases que peuvent survenir somnambulisme et terreurs nocturnes.

Le stade V ou sommeil paradoxal.
c'est le moment mystérieux du sommeil. Alors que l'activité musculaire est minimale, on constate une véritable frénésie électro-encéphalographique. Accélération du rythme cardiaque, intensification de l'activité cérébrale, petit mouvements des extrémités et mouvements oculaires rapides. C'est le temps du rêve.

Sommeil lent et sommeil paradoxal vont se succéder au cours de la nuit. Les périodes de sommeil paradoxal vont s'allongeant au cours de la nuit. On rêve donc d'avantage le matin !

Quelques ouvrages vous permettront de dépasser utilement cette introduction.

Le sommeil, temps d'oubli, heures de vie , d'Anne-Marie Malabre.
Biologiste au Palais de la découverte, Anne-Marie Malabre nous offre un beau livre sur le temps des rêves et du repos. Poétique, documenté et fort joliment illustré,  c'est sans doute l'introduction idéale pour qui veut s'initier aux mystères de la nuit et à ses rites. Nous y avons également puisé de nombreuses et précieuses informations.

A noter qu'Anne-Marie Malabre est l'invitée de la librairie le 18 mars à 18 heures, en partenariat avec la Clinique du Sommeil de l'hôpital Pellegrin, la Clinique du Tondu et Cap Sciences.

Le sommeil, mode d'emploi de Miguel Mennig
Un ouvrage en 3 parties qui explique le fonctionnement du sommeil, décrit les troubles possibles et suggère quelques remèdes. Ce livre est un de ceux que nous avons utilisés pour la rédaction de ce dossier.

L'interprétation des rêves de Sigmund Freud in Oeuvres complètes Vol IV.
Ecrit en 1899, un des ouvrages fondateurs de la psychanalyse. Loin d'être un manuel pratique du rêve et de ses significations, c'est le récit d'une aventure d'exploration au plus profond de l'esprit humain. Un chef d'oeuvre...

Tout ce que vous vouliez savoir sur le rêvesde Maeve Ennis et Jennifer Parker.
D'Aristote à Jung, ce qui se passe lorsque nous sombrons dans les bras de Morphée.

Comment retrouver le sommeil par soi-même ? de Sylvie Royant-Parola.
Un guide sous forme de questions pour nous aider à déterminer quel insomniaque nous sommes.

Du ronflement au syndrome d'apnées du sommeil de Marie-Françoise Vecchierini et Patrick Levy.
Pour ceux qui souffrent de troubles du sommeil, voici un ouvrage simple sous forme de questions/réponses. Le propos de cet ouvrage est d'expliquer pourquoi il est nécessaire et comment il est possible de traiter les troubles respiratoires au cours du sommeil. Avec, en marge, un lexique du vocabulaire médical.

Apnées, ronflement et troubles du sommeil de Jacques Grosbois et Michèle Le Pellecprésente un panorama aussi complet que possible des techniques de diagnostic et de traitement des apnées de sommeil et des ronflements. Un chapitre détaillé est consacré à l'anatomie (larynx, luette, palais, pharynx).

La suite : romans, beaux livres et le sommeil de petits

Chargement...