Chargement...
Chargement...

Jean-Philippe RAMEAU

Publié le 06/02/2014
2014 : Année de la réhabilitation ?
Étonnant parcours que celui dont nous fêtons cette année le 250e anniversaire de la mort. Organiste prodige dans sa prime jeunesse, il sera plus tard reconnu comme le chef de file de l'Ecole française de clavecin (avec François Couperin). Au service d'institutions religieuses, il composera très peu de musique sacrée.

Ses écrits et travaux théoriques dont le fameux « Traité de l'Harmonie » rédigé en 1772 resteront bien longtemps sa préoccupation principale, ce n'est qu'à l'âge de 50 ans qu'il obtiendra une reconnaissance liée à la grande forme musicale du XVIIIe siècle qu'est l'opéra. En effet de 1733 à 1745, ses fulgurances lyriques feront passer Lully pour un démodé : Hyppolyte et Aricie, Castor et Pollux, Dardanus, Les Indes Galantes. Toutes ces œuvres impressionnent par leur intelligence d'écriture et la volupté qui s'en dégage mais déconcertent souvent les musiciens par leur complexité harmonique. Comblé d'honneur, Rameau devient compositeur de la Chambre du Roi en 1745.
Mais à la fin de sa vie l'opéra bouffe italien dont « La Serva Padrona » de Pergolèse et les attaques incessantes du philosophe Rousseau demandant plus de simplicité à l'Art Lyrique mettront en lumière ses mauvaises décisions dans le choix de librettistes et la dimension trop savante de ses œuvres.

Deux opéras somptueux sont à l'honneur à Bordeaux :

www.opera-bordeaux.com/detail-spectacle/opera-1/les-indes-galantes

www.opera-bordeaux.com/detail-spectacle/opera-1/castor-et-pollux


Visite bibliographique (ci-dessous) et discographie sélective (à retrouver chez Mollat Musique) :


Iris

Et des livres

Chargement...