Chargement...
Chargement...

A la recherche de nouvelles énergies

Publié le 09/09/2009
Pacte écologique, prix du pétrole en constante hausse, réchauffement de la planète... Il serait utile de réagir. A nous de tous devenir des éco-citoyens, en utilisant notamment des énergies renouvelables...

On ne vous reparlera pas de l'alerte planétaire concernant les dangers de l'utilisation abusive des énergies. Certes, il y a eu prise de conscience : protocole de Kyoto, H.Q.E., le pacte de N. Hulot, les différents projets de loi... le "Grenelle de l'environnement",  et le score de la liste Europe Ecologie aux récentes élections européennes, mais on sait désormais qu'il est urgent de changer nos habitudes de vie et qu'il faut s'inscrire dans le principe de "développement durable". Et en cela, il est hautement question des énergies renouvelables, ces nouveaux types d'énergie moins polluants et surtout moins voués à disparaître que le pétrole. Nous vous proposons donc un petit tour d'horizon : quelles sont-elles ? pour qui ? pourquoi ?



On en distingue globalement cinq différentes :



La valorisation de la biomasse : c'est la production de matière organique, naturelle ou issue de l'agriculture, ayant accumulé de l'énergie chimique grâce à la photosynthèse. La biomasse est une énergie renouvelable à condition que sa production ne se traduise ni par du déboisement ni par la destruction de terres arables. L'exemple le plus patent est le bois.
Une autre manière d'utiliser la biomasse est d'en extraire du gaz. C'est actuellement en plein essor. Ceci est particulièrement intéressant pour les changements climatiques car non seulement cela produit de l'énergie renouvelable mais en plus cela évite l'émission de méthane, particulièrement responsable de l'effet de serre. Le but est d'éviter la libération du méthane dans l'atmosphère pour au contraire produire de l'énergie. Le biogaz est particulièrement bien adapté pour fournir chaleur et électricité.



L'énergie éolienne : le principe est simple, c'est l'inverse d'un ventilateur : le vent, en poussant les pâles, fait tourner le rotor. En tournant, il produit de l'énergie mécanique qui est ensuite transformée en électricité grâce à un alternateur. L'ensemble des installations sur toute la planète a fourni en 2005 près de 6 GW et devrait, en poursuivant cette même croissance, approcher 200 GW en 2010, soit l'équivalent de 200 réacteurs nucléaires. La croissance de cette production est actuellement freinée par les problèmes esthétiques engendrés par l'installation des éoliennes sur le sol.



L'énergie photovoltaïque : les cellules photovoltaïques convertissent le rayonnement solaire en énergie électrique. Le principe est révolutionnaire et promet des développements considérables mais la production d'une telle énergie est encore freinée par le prix des cellules. Le photovoltaïque est aussi parfaitement adapté à la construction des maisons : les cellules peuvent être intégrées dans les toitures ou façades et permettre aux habitants de se fournir eux-mêmes en électricité. A terme, le photovoltaïque est vraiment l'énergie renouvelable qui présente le plus de potentiel et le moins d'inconvénients. Reste à faire baisser les tarifs mais ce n'est qu'une question de temps.



La géothermie : Il s'agit d'utiliser les gisements d'eau chaude naturellement présents dans le sol. On peut l'utiliser de trois manières :


- Pour les températures plus basses (15 à 25°C), on utilise une pompe à chaleur pour faire circuler l'eau dans les planchers chauffants ou les radiateurs. C'est loin d'être anodin car une pompe consomme trois à quatre fois moins d'électricité qu'un radiateur électrique. En outre, ces pompes sont souvent réversibles et permettent de se rafraîchir l'été en lieu et place d'un climatiseur

- Grâce aux gisements à plus de 100°C, on peut directement produire de l'électricité ; la technique la plus simple consiste à extraire de la vapeur surchauffée et sous pression en forant dans une nappe. Cette vapeur actionne une turbine pour produire de l'électricité. Ensuite, l'eau qui sort de la turbine est réinjectée dans la nappe pour éviter qu'elle se tarisse (d'où le principe du renouvelable !)


L'énergie marémotrice est encore à développer mais c'est un principe prometteur. L'idée est d'utiliser l'énergie produite par les mouvements de la marée (c'est la cas de l'usine marémotrice de la Rance) ou encore celle créée par la puissance des vagues. Ces projets pourraient prendre de l'envergure d'ici quelques années.

Ces différentes énergies peuvent -et doivent- nous permettre de réduire notre consommation de pétrole. Avec le prix du baril en vigueur, elles peuvent aussi nous faire faire de belles économies. C'est pour cela que les gens les utilisent de plus en plus dans la construction de leur maison, notamment le photovoltaïque et la géothermie. Ces nouvelles maisons "propres" ou "économes" sont certainement la clé d'un avenir plus sain et plus proche de la nature. Très dans l'air du temps, donc... Notons aussi l'existence des maisons dites "passives" : il n'existe pas encore de littérature sur le sujet mais c'est un concept qui vise à se développer dans l'hexagone. C'est une maison qui est pratiquement autonome pour ses besoins en chaufage. Elle se contente des apports solaires, métaboliques (habitants, machines) et d'une bonne isolation, ce qui relègue le rôle du chauffage à un simple appoint.



Parmi nous, se dessinent plusieurs tendances : il y a ceux qui pensent continuellement "développement durable", ceux qui se contentent de trier leurs déchets et ceux qui n'ont même pas pensé qu'il n'était pas normal de vivre un hiver à 18°C... pourtant, la diminution des capacités en pétrole n'est pas un leurre, on risque d'en manquer. Alors il est peut être temps de vérifier les alternatives pour chacun de nous, pour toutes nos consommations et pour tous les jours. Et pour tous les réfractaires à Nicolas Hulot ou à l'idée de "gestes citoyens", pensez surtout aux économies que vous allez réaliser...



Image : Eolienne, Mont Soleil, Jura suisse. Auteur : Neiz Vran. Source : Wikimedia Commons

Chargement...