Chargement...
Chargement...
Roland Barthes, un guide sans message

Sélection de livres

Dossiers

Le cheval, compagnon aux multiples facettes

Pas besoin de monter à cheval pour tisser une relation avec l’animal. Si tout cavalier se doit de comprendre « sa monture » pour évoluer en confiance dans sa pratique équestre, pour d’autres le lien prendra tout son sens dans une démarche de médiation, thérapie, coaching, spiritualité… voire holi...

Sparte contre Athènes: histoire de la guerre du Péloponnèse

Relatée par Thucydide, la guerre du Péloponnèse nous apparaît comme la conséquence inévitable de l'émergence de la démocratie et de l'impérialisme athénien au lendemain des guerres médiques. C'est cette idée largement admise que l'historien américain Donald Kagan vient remettre en question dans s...

Coups de cœur

Le Sport des rois, C. E. Morgan

LittératureLittérature étrangèreLittérature Anglo-SaxonneRoman
Coup de cœur pour cette auteure à suivre !
Un grand roman américain sur trois générations, où il est question de lourd héritage, de rapports de force, de quête de liberté. A quel point l'histoire (d'une famille, d'un pays) influe-t-elle les générations suivantes ? Vous n'êtes pas prêts d'oublier ce texte, audacieux et brillant !

Tous les vivants

LittératureAmourCoupleLiberté
La France a découvert C.E. Morgan l'année dernière avec la traduction de son second roman le Sport des Rois, fresque épique des familles terriennes et dynastiques du Kentucky. Gallimard traduit aujourd'hui son premier roman, qui nous confirme que cette auteure discrète est un diamant brut à surve...
Aloma, jeune orpheline n'ayant connu que l'école catholique dans laquelle elle a été élevée, tombe amoureuse d'Orren, fils de cultivateur de tabac, qui vit avec sa mère et son frère dans leur propriété en contrebas de la montagne. Suite à un terrible accident, Orren perd sa famille et se retrouve seul responsable de sa terre. Aloma s'installe chez lui, dans cette grande maison silencieuse, et tâche de réussir dans ses nouvelles fonctions de femme d'intérieur. Mais confrontée au mutisme grandissant de son compagnon, incapable de contrôler sa douleur et ses angoisses face au deuil et au colossal travail qui l'attend, elle peine à trouver sa place. Cherchant une porte de sortie, elle se dirige vers l'église du village voisin, où trône un objet qui l’attire irrésistiblement : un piano.

Ce livre est un bijou d'évocation : trois personnages, deux décors, un point de vue. Et pourtant, quel orage ! Quelle tension dans ce paysage aride, quelle passion chez Aloma ! Cette histoire d'amour est remarquable par entre autre la justesse de son personnage principal, qui ne sait que faire de son engagement, de sa liberté, de ses aspirations, de son devoir. On retrouve les terres du Kentucky qui sont si chères à l'auteure, dont la rudesse n'a d'égale que la fascination qu'elles imposent. Un roman impossible à oublier, qui vous hantera longtemps.

 

Dossiers

Populisme(s)

« Le populisme est une forme de réponse - que l'on peut juger mauvaise - aux dysfonctionnements de la démocratie. » Pierre Rosanvallon

Coups de cœur

209 rue Saint-Maur, Paris Xe : autobiographie d'un immeuble

LittératureHistoireLittératureMémoire
« Les immeubles de Paris sont un peuple vivant »

Le 209 rue Saint-Maur est un immeuble du Nord-Est parisien qu’en apparence rien ne distingue de nombreux autres édifices de la ville. La réalisatrice et auteure Ruth Zylberman aurait pu passer devant sans s’y attarder si ce numéro n’avait pas fait écho en elle avec la carte, réalisée par l’historien Serge Klarsfeld, des enfants juifs raflés en France durant la Seconde Guerre Mondiale. Y figurait, parmi tant d’autres lieux, ce 209 rue Saint Maur et les noms de neuf enfants.

A partir de cette liste de noms mystérieux, Ruth Zylberman va mener un immense travail de recherche pour retrouver leurs propriétaires ou les descendants de ces derniers, et reconstituer l’histoire de l’immeuble, des années 1840 à aujourd’hui.
Plus de 160 ans qui auront vu défiler nombre d’habitants dont les profils évoluent au gré des époques et dont les histoires intimes se mêlent à la grande Histoire. Les archives permettent à l’auteure de savoir que l’immeuble a abrité des communards, de retrouver des photos de barricades prises dans les rues voisines, d’apprendre qu’un locataire, un certain Mr Léon Gardeblé, gueule cassée de la Grande Guerre a assassiné l’amant de sa femme volage …
Les recensements des années 30 font défiler les noms des habitants et leurs métiers : batteuse d’or, chaudronnier, ferblantier, émailleuse, dactylos, crieur à la lanterne magique et autres professions qui nous paraissent aujourd’hui exotiques car disparues. Après la Seconde Guerre Mondiale, les origines des habitants du 209 se sont faites plus variées : portugais, marocains, italiens, algériens s’y sont installés. Aujourd’hui la gentrification du quartier a amené une population de « bobos », jeunes couples avec ou sans enfants, qui achètent et cassent, pour en faire des lofts, les murs de ces petits appartements, où se sont entassées tant de familles.

Si elle évoque toutes ces années et les changements qui se sont opérés dans l’immeuble, ce sont les années 1940-1944 auxquelles s’attache principalement Ruth Zylberman. En 1936, un tiers des 300 habitants de l’immeuble étaient Juifs. Durant les années terribles de l’Occupation, nombre d’entre eux ont été raflés, les autres se sont ou ont été cachés. Grâce aux archives, bibliothèques, appels à témoins sur Internet ou dans la presse, et à d'heureux coups du sort, l'auteure réussit à retrouver la trace de plusieurs enfants du 209, certains en Australie, Israël ou États-Unis. Elle les rencontre, souvent chez eux, et fait revivre leurs souvenirs de l'immeuble où ils ont vécu, d'abord dans l'insouciance de l'enfance, puis dans la peur et la répression.

C'est un livre bouleversant et d'une grande importance à l'heure des 75 ans de la libération d'Auschwitz-Birkenau. Important d'écouter et de lire les voix de ces survivants pour savoir et surtout pour ne pas oublier. Sans pathos, Ruth Zylberman livre des témoignages précieux. Une fois le livre fermé, vous n'oublierez pas le 209 rue Saint-Maur et ses enfants : Albert Baum, Odette Diament, Berthe Rolider, Daniel Szulc, Henry Osman et tous les autres.

Love Me Tender

LittératureAmourFamilleLittérature
L'un des plus grands livres de cette rentrée de janvier.
« Je ne vois pas pourquoi l'amour entre une mère et un fils ne serait pas exactement comme les autres amours. Pourquoi on ne pourrait pas cesser de s'aimer. Pourquoi on ne pourrait pas rompre. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas s'en foutre, une fois pour toutes, de l'amour.»
Voilà l'incipit du plus beau roman d'amour de ces dernières années.
Loin de l'image punk que pouvait avoir laissé son premier roman « Play Boy » (un texte choc et cru, héritier des œuvres de Despentes et Dustan), Constance Debré, nous offre avec ce deuxième roman, d'une tendresse et d'une beauté remarquable, l'un des rares textes sur l'amour d'une mère pour son fils.

Carte de fidélité Mollat

carte fidelite

Clic et collecte

clic et collecte

Chèques cadeaux Mollat

cheque cadeau mollat

l'actualité des livres en vidéo

Léonor de Récondo - La leçon de ténèbres

Léonor de Récondo vous présente son ouvrage "La leçon de ténèbres" aux Editions Stock. Rentrée littéraire janvier 2020.

Emmanuelle Heidsick - Trop beau

Emmanuelle Heidsick nous présente son livre " Trop beau " aux éditions Faubourg. Rentrée littéraire janvier 2020

Régis Jauffret - Papa

Régis Jauffret vous présente son ouvrage "Papa" aux éditions du Seuil. Rentrée littéraire janvier 2020. Entretien avec Jean-Michel Devésa.