Chargement...
Chargement...

Un été de lectures !

Les coups de cœur en Sciences Humaines / Histoire

Sciences humaines - HistoireActualitéHistoirePhilosophie
Découvrez les livres coups de cœur de vos libraires en sciences humaines, histoire et actualité.

Dossiers

Un livre pour l'été, saison 4 !

Tout l'été, écoutez les libraires Mollat vous présenter leurs coups de cœur sur Europe 1 ! A partir du lundi 5 juillet, à 7h40, 12h50 et 22h18, vous pourrez retrouver la nouvelle saison d' « Un livre pour l'été », une pastille de 3 minutes où le journaliste Stéphane Place et les libraires vous pr...

Les Jeux Olympiques de Tokyo

Les Jeux olympiques d'été 2020 auront lieu du 23 juillet au 8 août 2021 à Tokyo au Japon. C'est la deuxième fois que la ville de Tokyo accueille les Jeux olympiques d'été après 1964.

La fratrie, c'est la vie !

On ne choisit pas sa famille... mais heureusement qu'elle est là !

Christian Boltanski 1944-2021

En hommage à l’un des plus grands artistes plasticiens français disparu ce 14 juillet. « Je veux qu’il y ait beaucoup de monde dans mon travail, beaucoup d’êtres humains » « Tout ce que nous faisons est entre le personnel et le collectif. L’artiste envoie une sorte de stimulus, et le regardeur ...

les rencontres en vidéo

Bruno David - A l'aube de la 6e extinction : comment habi...

Bruno David vous présente son ouvrage "A l'aube de la 6e extinction : comment habiter la Terre" aux éditions Grasset.

Barbara Glowczewski - Réveiller les esprits de la Terre

Barbara Glowczewski vous présente son ouvrage "Réveiller les esprits de la Terre" aux éditions du Dehors. Entretien avec Jean Petaux.

Soirée santé - Maladie de Lyme : certitudes et controvers...

Rencontre avec le Pr Didier Neau ayant pour thème "Maladie de Lyme : certitudes et controverses autour des tiques". Un événement organisé dans le cadre des "Soirées Santé", en partenariat avec le CHU de Bordeaux.

Coups de cœur

Théorème de la couche-culotte

Sciences humaines - HistoireEducationPsychologieConfinement
Père de deux enfants, écrivain et journaliste au supplément "Époque" du journal Le Monde, Nicolas Santolaria s'interroge sur la parentalité contemporaine.
Étayé de nombreuses références sociologiques, philosophiques et psychanalytiques, ce livre compile tout ce que vous allez découvrir en devenant parent. Du choix complexe du prénom, à la "géopolitique souterraine des fêtes d'anniversaire", du jargon de la cour d'école à la "sournoise entreprise de dévitalisation linguistique", du planning surbooké de l'enfant chéri qui porte toutes nos aspirations, nos espoirs et nos craintes de l'avenir, au récent confinement qui a remis en question tous nos principes éducatifs... Voici un ouvrage qui bousculera vos idées reçues de futurs parents, qui ne manquera pas de questionner ceux qui expérimentent le "théorème de la couche-culotte" et qui surtout rassurera les parents imparfaits que nous sommes.

Un condensé de bonne humeur éducative, magnifiquement illustré par Matthieu Chiara.

L'effet coccinelle, Yann Bécu

Science fiction et FantasyReligionScience-fictionextraterrestre
Une aventure jubilatoire où une espèce extraterrestre à l'origine de la vie sur Terre essaie tant bien que mal d'effacer leurs traces d'ingérences dans les affaires humaines !
L’apparition de la vie sur Terre n’est pas due à un hasard, bien au contraire. C’est dans la Ruche que les planètes sont analysées et, si tous les paramètres le permettent, les Créateurs donnent naissance à une espèce que les agents de terrain, aussi appelés Boueux, vont surveiller dans leur nouvel habitat. L’humanité, loin d’être une espèce paisible, oblige les Boueux à descendre régulièrement sur Terre, car un score de paix trop bas signifierait l’échec de l'expérience et la mise au placard des agents.
2030, alors qu’un auteur français s’apprête à publier un roman apportant une preuve irréfutable de ces interventions, le chaos ultime pointe son nez. Car si un signe divin est bien avancé, quelle branche de quelle religion avait raison ? 
Une aventure aussi jubilatoire que son concept est ambitieux !

Naissance d'une contre-culture : un texte fondateur signé Theodore Roszak

Sciences humaines - HistoireQuestions de sociétéCultureMai 68
Fin des années 1960. En même temps que la révolte populaire et étudiante entre en ébullition, le théoricien Theodore Roszak analyse ce tournant historique avec une lucidité déconcertante tout en traçant les contours de la contre-culture.
À l'instar de certains intellectuels contemporains ayant tenté d'accompagner et de penser le mouvement des gilets jaunes, ce qui anime Theodore Roszak est l'espoir d'un monde meilleur. Il perçoit dans le rejet du monde des adultes par les adolescents d'alors non pas seulement un caprice mais les promesses (voire les prémices) d'un effondrement du système technocratique (« la matrice dans laquelle prend forme un avenir différent »). À condition d'encadrer ces velléités révolutionnaires en leur donnant un sens et une ligne directrice à l'aide de plusieurs mentors intellectuels. À condition surtout de ne pas jouer le jeu de la contestation classiquement marxiste et vouée à l'échec de ce que le théoricien nomme « la vieille gauche » (« ce type de politique n’entraîne qu’un ravalement de la façade de l’édifice technocratique »).

Pour ce faire, l’auteur en appelle à un impératif : sortir de la vision scientifique du monde. La révolution intérieure étant selon lui l'une des fondations les plus sûres d’une révolution à grande échelle. Conscient de l’ampleur de la tâche, on peut dire que tout le cœur de l’ouvrage revient à explorer les différentes formes d’émancipation.

S'inscrivant dans la tradition hippie des ces années-là et bien que très critique (et parfois moqueur) de l’usage que peuvent en faire les jeunes, il reconnaît à la drogue des vertus en matière d’exploration de la conscience et des fonctions non intellectuelles de l’Homme. « Pourquoi ne pas faire de ces substances une espèce de charge explosive avec laquelle dégager les voies de perception complètement bouchées par les habitudes cérébrales enracinées de l’intelligence occidentale ? ». Mise en garde cependant : « Il n'y a rien de commun entre un homme de l'expérience et de la discipline d'Huxley qui goûte à la mescaline et un drogué de 15 ans qui sniffe de la colle jusqu'à réduire son cerveau en purée. »

Autres façons de renouer avec une vision non scientifique (et donc plus naturelle et instinctive) du monde : les philosophies orientales, l’occultisme, le chamanisme. Mais aussi la Gestalt-thérapie, cette façon d’accorder davantage de foi en son corps et ses capacités naturelles qu’en la médecine et ses pilules chimiques visant à contrôler ces mêmes capacités. Élargie à la sphère sociale et environnementale, cette façon d’être au monde permet d’être davantage tourné vers la nature et de moins s’en remettre au corps politique.

Enfin, l’art et la fiction incarnent un acteur majeur de la contre-culture. Ses vertus poétiques permettent d’explorer l’utopie. Il faut percevoir dans la fiction une version tout aussi plausible et applicable de la réalité que celle qui nous est imposée.

Cependant, derrière les espoirs nourris ci-dessus se cache une crainte majeure : la propension de la technocratie à absorber et transformer toutes velléités émancipatrices et la faculté de la jeunesse à tomber dans les pièges.

La lucidité nous oblige aujourd'hui à un constat d’échec. Les leitmotivs de la contre-culture tels que la mise en avant de la jeunesse, l’anticonformisme ou l’hédonisme sont devenus des arguments publicitaires et ont participé au développement d’un nouveau consumérisme.

Mais relire ce texte ainsi que nombre de ses modèles cités (Jacques Ellul, Lewis Mumford, Gary Snyder, Norman Brown, Paul Goodman, etc.) permet de renouer avec l’espoir et la vivacité d’esprit qui les animaient alors.

Du reste, il faut lire le chapitre consacré à la technocratie pour saisir non seulement tout le brio de Theodore Roszak mais aussi la dimension tout à fait actuelle de ses analyses.

L'esprit humain cherchant les causes
Détruit ce qu'il veut expliquer
Déforme la beauté des choses
Et tue enfin pour disséquer

- William Wordsworth

La Belle rouge, Poppy Z. Brite

Littérature Anglo-SaxonneCuisineAlcoolRestauration
Le deuxième volet des aventures de Rickey et G-Man !
Vous vous souvenez de nos deux cuistots préférés de la Nouvelle-Orléans ? Dans Alcool, ils réussissaient enfin, non sans quelques obstacles, à lancer leur restaurant sur le thème de l'alcool. Dans La Belle rouge, leur affaire est lancée depuis deux ans, tout va pour le mieux jusqu'au jour où une mauvaise critique les place en mauvaise posture. Et car un problème ne vient jamais seul, voilà que leur ami et associé Lenny se voit accusé de tremper dans des affaires peu reluisantes... Dans ce deuxième opus, on retrouve tout ce qui faisait le charme du premier, mais multiplié, pour notre plus grand plaisir : des situations rocambolesques, un talent fou pour se mettre dans le pétrin, des dialogues piquants, une très belle histoire d'amour, et des rebondissements !
N'hésitez plus, la trilogie de Poppy Z. Brite est ce qu'il vous faut pour cet été (ou quand vous voulez d'ailleurs) !