Chargement...
Chargement...

les plaisirs de la rentrée

Dossiers

La Renaissance à Florence

À l'occasion de l'exposition Botticelli, Artiste et designer, visible au musée Jacquemart André (Paris), jusqu'au 24 janvier 2022, la Première Renaissance florentine est mise à l'honneur.

Le sommet des Dieux - Du manga culte à l'écran

Aujourd'hui adapté sur grand écran, "Le sommet des Dieux" est une œuvre culte du mangaka Jiro Taniguchi. Nous vous proposons aujourd'hui un retour sur la série et son adaptation.

Lisez des polars à la sauce Tarantino !

Ça va saigner avec notre sélection de polars déjantés !

Bordeaux métisse : esclaves et affranchis du XVIIIe à l'E...

Les éditions Mollat publient "Bordeaux Métisse : esclaves et affranchis du XVIIIe siècle à l'Empire", un livre exceptionnel dans lequel l'historienne Julie Duprat dévoile tout un pan méconnu de l'histoire bordelaise.

les rencontres en vidéo

Jérôme Fourquet & Jean-Laurent Cassely - La France sous n...

Jérôme Fourquet & Jean-Laurent Cassely vous présentent leur ouvrage "La France sous nos yeux : économie, paysages, nouveaux modes de vie"
aux éditions Seuil. Entretien avec Jean Petaux.

François Dosse - Amitiés philosophiques

François Dosse vous présente son ouvrage "Amitiés philosophiques"
aux éditions Odile Jacob.

Wilfried N'Sondé - Femme du ciel et des tempêtes

Wilfried N'Sondé vous présente son ouvrage "Femme du ciel et des tempêtes"
aux éditions Actes Sud. Rentrée littéraire automne 2021.

Coups de cœur

Ultramarins, Mariette Navarro

LittératureMerLittératureOcéan
"Il y a les vivants, les morts et les marins (...) Il y a les vivants occupés à construire et les morts calmes au creux des tombes. Et il y a les marins."
Au milieu de l'Atlantique, sans terre en vue ni autres bateaux, une commandante est à bord d'un cargo avec son équipage, uniquement composé d'hommes. Un jour, ils lui font une drôle de demande, celle fantasmée par de nombreux marins : arrêter les machines, se couper du monde extérieur le temps d'une heure pour se baigner dans l'océan. Étonnement, elle accepte cette baignade hors du temps, hors des règles auxquelles elle attache pourtant tant d'importance dans sa carrière et sa vie personnelle; elle la fille du commandant devenue commandant à son tour.
Vingt hommes, nus, dans un canot de sauvetage puis dans les flots, avec la profondeur de l'océan sous eux. Une seule femme, sur le cargo à l'arrêt et abandonné par ses marins, seul point d'ancrage pour eux et leur retour à la réalité qui semble difficile. C'est vertigineux.
Vingt hommes à la mer et finalement, vingt et un qui remontent aux cordages pour retrouver la routine des machines. Le doute s'installe, qui serait ce marin nouvellement apparu ? Alors le cargo semble prendre vie et décider lui-même de sa vitesse et de sa destination. Commence ainsi la dérive à laquelle le lecteur est invité à prendre part tel ce matelot supplémentaire : l'odyssée d'un bateau ivre.

On entend le bruit des machines, on voit l'océan et ses vagues, on sent l'odeur du parfum bon marché des marins, on goûte aux plats du réfectoire. Ultramarins surprend et nous force à ralentir le rythme, à prendre le temps d'en lire chaque mot car aucun ne mérite d'être laissé de côté. On se laisse bercer par tant de beauté. Un premier roman entêtant, obsédant.

L'étrange et folle aventure du grille-pain, de la machine à coudre et des gens qui s'en servent de Gil Bartholeyns et Manuel Charpy

Sciences humaines - HistoireHistoireSociologieTechnique
Nous savons bien que les objets qui nous entourent racontent quelque chose de nous, de nos parents, de notre vie, de notre société, de notre temps.

Ils sont tout à la fois les témoins de ce que nous concevons du plaisir, du bonheur mais aussi de notre position sociale ou de celle à laquelle nous rêvons d’accéder. Dans ce réjouissant petit livre des Carnets Parallèles, deux historiens nous invitent à voyager à travers le temps et les sociétés dans le monde chatoyant des appareils domestiques qui investissent notre quotidien. Véritable cabinet de curiosités, ce livre foisonne d’exemples qui prêtent souvent à sourire, parfois même un peu jaune car l’objet technique n’est pas neutre. Du moins ce que nous en faisons n’est pas sans arrière-pensées ; de son côté, il modifie profondément notre rapport au monde et revêt une véritable puissance sociale et symbolique.

 

Dans ce génial petit opuscule, nous finissons fatalement tiraillés par nos contradictions car une des questions que soulève la lecture de ce livre est bien celle-ci : l’objet technique est-il véritablement l'objet de libération que l’on nous promet à chaque fois ? Sous ces designs séduisants, ne nous ôte-t-il pas une autre forme de connaissance et d’autonomie ? Et sous prétexte de nous décharger des fardeaux du quotidien, n’aurait-il pas tendance petit à petit à nous assujettir? 

Voici donc un joyeux petit livre pour une multitude de grandes questions !

 

Kaiju n°8

Bandes dessinéesScience-fictionmonstres
Un nouveau shonen plein d’action et à l’univers détonnant !

Dans un futur proche, l’humanité subit les attaques incessantes de créatures gigantesques et redoutables nommées Kaiju. Alors qu’un corps spécial de l’armée est détaché à chaque attaque pour défaire les monstres, nous suivons un trentenaire nommé Kafka dont le travail consiste à dépecer les caracasses de Kaiju. Les différentes parties des créatures servent à l’humanité dans différents domaines notamment scientifiques et militaires. En effet, les tissus musculaires des monstres sont à la base de la technologie des armures de combat des forces spéciales anti-kaiju.
Un beau jour, alors que la journée de travail touche à sa fin pour Kafka et ses collègues, un kaiju se réveille et envoie le trentenaire à l'hôpital dans lequel il se fera contaminer par un organisme étranger et qui aura pour conséquence de le transformer….. en Kaiju ! 

Premier tome d’une série on-going, “Kaiju n°8” est construit comme un énorme défouloir, bourré d’action et de pistes intéressantes pour l’avenir : d’où viennent les Kaijus, pourquoi l’organisme étranger a t-il choisit d’infecter Kafka, à quel point la technologie développée à partir des restes de Kaiju interfère t-elle avec l’organisme du porteur de l’armure ?....

Doté d’un dessin net et d’un imaginaire relativement ingénieux, “Kaiju n°8” se permet également d’emprunter des bases de sa mythologie à deux monuments de la culture populaire contemporaine. A savoir le chef d'œuvre de bourrinage et de science-fiction “Pacific Rim” (réalisé par Guillermo Del Toro et sorti en 2013) mais aussi le jeu vidéo “Crysis” et sa suite “Crysis 2” respectivement proposés aux joueurs en 2007 et 2011. Tout d’abord “Pacific Rim” pour les combats entre humains et kaijus prenant d’immenses proportions mais aussi le commerce fait autour des organes. Et “Crysis” avec les nano combinaisons faites à partir de technologies aliens et amplifiant les capacités physiques de son porteur tout comme les armures des forces anti-kaijus !


Un nouveau shonen plein de fougue et de belles promesses pour l’avenir, en espérant toutefois que la formule ne lasse pas.

Jack & La Grande Aventure du Cochon de Noël

JeunesseRomanmagieNoël
Un conte de Noël féérique qui a tout d'un futur classique, par l'auteure d'Harry Potter !
Un nouveau livre de JK Rowling, la mère de Harry Potter, est forcément un événement ! Nous avions déjà été bluffés par L’Ickabog l’année dernière et nous pouvons une nouvelle fois clamer haut et fort qu’en dehors de Poudlard, JK Rowling est une autrice brillante à l’imagination incroyable et qu’elle sait magnifiquement nous embarquer avec elle dans toutes ses aventures !

Jack est un petit garçon joyeux qui vit avec sa mère. Depuis toujours il est accompagné dans tous les moments de sa vie par Lo Cochon, LC pour faire plus court. Ensemble, ils ont tout partagé et avec son doudou cochon, le petit garçon peut tout affronter. Même si son meilleur ami est un peu élimé, délavé et rapiécé, c’est le doudou qu’il lui faut, son alter ego.
Quand sa mère rencontre un nouvel amoureux, Jack s'accommode bien de cette nouvelle vie même s’il est parfois difficile de supporter Holly, la fille de cet homme qui a parfois un caractère explosif. Mais le 24 décembre, lorsque dans un accès de colère, celle-ci jette LC par la fenêtre de la voiture alors qu’ils roulent sur l’autoroute, la vie de Jack s’effondre. LC a disparu, il est introuvable. Comment imaginer vivre sans lui ? Holly va vite se rendre compte de la gravité de son geste et offre à Jack une nouvelle peluche identique à LC. Identique ? Pas du tout ! Il n’a rien à voir avec le seul et unique LC ce cochon de Noël ! Trop neuf, trop propre, trop rembourré… Jack ne l’aime pas et ne l’aimera jamais !
Sauf que ce cochon de Noël a de la ressource. Et s’il emmenait Jack au Pays des choses perdues ? Il aurait peut-être une chance de retrouver LC.
Et à partir de là, croyez-moi, la grande aventure commence ! Imagination, frissons, humour et aventure sont au rendez-vous dans ce monde incroyable où sont réunis tous les objets perdus par les humains. De “Jetables-City” à “Zutcéouça” en passant par “La salle des égarés”, nous vivons un véritable périple à la recherche de ce qui compte vraiment pour Jack. En chemin, il saura se faire aider par une boussole brisée, une boîte à sandwich qui sent l'œuf ou encore une décoration de Noël abîmée. Et bien-sûr par le cochon de Noël qui n’est peut-être pas si agaçant que ça finalement…  

A chaque page, on s’émerveille de l’inventivité de JK Rowling, de cette capacité à transformer l’ordinaire du quotidien en personnages merveilleux. Mais au-delà de ça, ce monde des choses perdues nous pousse à réfléchir à notre façon de posséder, de consommer et invite à la réflexion : au fond, qu’est-ce qui compte vraiment ?
Un roman savoureux et enchanteur à lire à partir de 9 ans et bien au-delà. Potterheads, n’en doutez-pas, ce livre est aussi fait pour vous !