Chargement...
Chargement...

Cadeaux des Noël : Les Romans

Publié le 13/03/2014
La sélection des libraires du rayon Littérature
Cher Père Noël,


J'ai cessé de croire en toi le jour où tu as déposé dans mon soulier un livre que j'avais déjà lu. Depuis je demande à mes libraires de me conseiller, y compris devant mon écran, bien au chaud. Voici ce qu'ils m'ont proposé…


La sélection fut difficile et chacun des libraires regorge de mille autres idées-cadeaux, n'hésitez pas à les solliciter en magasin ou sur mollat.com, ils seront ravis de vous aiguiller sur les livres qui, à coup sûr, feront mouche !


Retour vers le Portail des fêtes


Iris

Comme les amours de Javier Marías (Gallimard)

Sans aucun doute l'opus majeur de l'écrivain espagnol qui sait comme peu d'auteurs nous prendre dans les rêts de ses histoires complexes : histoire d'amour, de mort et de mots, Comme les amours est aussi une ode à la puissance de la littérature, plus forte que la vie et pourtant impuissante face aux désastres intimes.
Iris

La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson (Zulma)

Depuis sa maison de retraite, un vieil homme écrit une longue lettre à celle qui est restée son unique amour, un amour d'autant plus profond qu' impossible : en effet, marié à une femme rendue stérile par une opération malheureuse, il n'aura jamais la force de la quitter, même quand son désir pour Helga devient une obsession . Dans cette confession poignante et lucide, ce vieil éleveur de moutons assume enfin un choix douloureux : celui d'être resté fidèle à son environnement, en harmonie avec une nature à la fois âpre et généreuse, au lieu de suivre celle qu'il aime dans une vie citadine qui lui est étrangère . Au soir de sa vie, cet homme simple va trouver en lui des mots pétris de poésie brute pour évoquer une dernière fois ce qui fut la grande affaire de sa vie. Un beau texte qui nous vient d'Islande, publié par les éditions Zulma à qui nous devons déjà le très joli Rosa Candida.
Iris

La vie à côté de Mariapia Veladiano (Stock)

Les fées ne se sont pas penchées sur le berceau de Rebecca, elle est née affligée d'une disgrâce physique extrême. D'un père gynécologue absent, et d'une mère qui va sombrer dans la dépression jusqu'à son suicide, l'enfant n'aura pour toute affection que celle de sa servante, et le soutien de sa tante, au comportement étrange, mais qui va lui permettre de découvrir son don pour la musique, le piano, qui deviendra sa raison de vivre. Sa rencontre avec la jeune : x, puis son professeur de piano et sa vieille mère : la signora De Lellis vont lui permettre d' appréhender son avenir avec moins de souffrance, loin de la violence et l'hostilité des autres. Un livre magnifique, sur le thème de la différence, de la bêtise humaine et du triomphe de l'art. Premier roman dont on n'a pas fini de parler !
Iris

Fiançailles de Chloe Hooper (Bourgois)

Liese passe d'architecte à agente immobilière à... prostituée. Quand on a des dettes et que l'on veut à tout prix repartir de zéro, tous les moyens sont bons, surtout lorsqu'un seul client lui suffit à se sortir de son gouffre financier. Pour le remercier ou tout simplement pour partager un dernier moment en sa compagnie, elle accepte de passer un week-end dans sa grande maison perdue dans le bush australien. Elle s'apercevra bien vite de sa folie lorsque le fantasme de son client sera de l'épouser afin de la sauver d'une vie qu'elle s'est inventée.
Iris

Le dernier arbre de Tim Gautreaux (Seuil)

Envoyé par son père en Louisiane pour aider son frère Byron à diriger une exploitation forestière, Randolph, va découvrir un lieu où règne violence , alcool , désordre et règlements de compte… Aux prises avec un groupe d'italiens véreux, trafiquants d'alcool qui tiennent un bastringue ouvert jour et nuit, les deux frères, en plus de leurs tâches quotidiennes à la scierie, vont devoir se transformer en justiciers. Seule la présence bienveillante de May, la jeune cuisinière métisse, puis la naissance de son fils Walter (enfant naturel de Byron ou de Randolph ?), puis l'arrivée de Lillian, l'épouse de Randolph, apporteront un peu de douceur dans cet enfer sur terre, où grouillent alligators et serpents... Lorsque le dernier arbre aura été abattu, que la scierie fermera ses portes, chacun des deux frères aura trouvé le véritable sens de son existence. Ce passionnant premier roman, à l'accent de western, n'est pas sans rappeler l'univers de Ron Rash et sera sans nul doute l'un des meilleurs romans américains de la rentrée !
Iris

Les évaporés de Thomas B. Reverdy (Flammarion)

Kase est un « évaporé » : il a subitement décidé de disparaître après s'être fait licencier pour des raisons bien obscures de la banque dans laquelle il travaillait. Sa fille, qui habite aux États Unis depuis 10 ans, décide de revenir au Japon pour mener l'enquête en compagnie de son ancien petit ami, un détective dénommé Richard B. - qui est aussi « pêcheur de truite en Amérique » à ses heures perdues. Récit bouleversant sur les ravages de Fukushima, enquête sur la pègre japonaise, Les Évaporés nous transporte littéralement dans le Japon d'aujourd'hui. Avec une écriture simple et poétique proche d'un Murakami, avec ses références à Brautigan, Reverdy a composé un texte qui se lit aussi comme un très bel hommage à la littérature.
Iris

Monde sans oiseaux de Karin Serres (Stock)

Bienvenue dans le petit monde de Petite Boîte d'Os, un futur proche dans lequel les oiseaux ont disparu, les cochons sont transgéniques et fluorescents, les maisons sont hissées au fur et à mesure que les eaux montent et où les morts gisent au fond des lacs ; dans ce monde sans horizon, le quotidien de notre héroïne est illuminé par l'amour que lui porte le Vieux Joseph, l'homme de sa vie. Karin Serres vient du théâtre, elle a appris à faire bref (à peine cent pages) mais elle sait comme personne vous installer dans un univers singulier et plein de charme, dans tous les sens du terme. Espérons que ce petit roman inclassable envoûtera de nombreux amateurs de littérature.
Iris

Nue de Jean-Philippe Toussaint (Minuit)

L'écriture gracieuse de Jean-Philippe Toussaint nous conquiert une fois de plus grâce à de longues phrases chargées d'images et de passion. Et pour cause, le roman s'ouvre sur un défilé présentant l'unique vêtement sans couture : une robe en miel. Vous l'aurez deviné, cette idée vient de Marie, la jeune femme avec qui le narrateur ne cesse de rompre. Ce roman n'échappera pas à la règle puisque, de retour de l'île d'Elbe, il n'attend qu'une chose : qu'elle l'appelle.
Iris

Faillir être flingué de Céline Minard (Rivages)

C'est toujours une sensation de retrouver Céline Minard qui bâtit une œuvre en se moquant des courants et des vagues, et n'hésite pas cette fois-ci à nous projeter en pleine conquête de l'Ouest avec tout ce que cela comporte d'imageries et de clichés qu'elle envoie joyeusement et talentueusement dinguer. C'est un western, comme on n'en écrit quasiment plus, un western qu'aurait traversé toute la littérature du XX° pour lui insuffler une puissance d'évocation tenant plus à la langue qu'aux images réinventées. Au centre du livre Eau-qui-court-sur-la-plaine, une Indienne seule rescapée de son clan qui pratique des guérisons sur des Blancs incrédules et des Indiens méfiants (ou inversement). Elle va rencontrer deux frères, Jeff et Brad, qui font péniblement avancer leur char à bœufs avec leur increvable mais mourante vieille mère, elle croisera Gifford qu'elle sauve de la variole, Bird Boisverd qui veut récupérer son cheval volé, beaucoup de gens au bout du conte qui se bousculent au générique et dont le destin va basculer au cœur de cette Amérique qui s'invente dans la poussière des illusions. C'est riche en bruits, fort en fureur, ça possède un goût que personne d'autre ne sait infuser, c'est la marque d'un écrivain qui confirme livre après livre son importance.
Iris

Faillir être flingué de Céline Minard (Rivages)

Si vous avez oublié de votre Histoire de France la figure méconnue de Marie-Anne Victoire Infante d'Espagne et épouse très précoce (7 ans…) du futur Louis XV, Chantal Thomas vous rafraîchira la mémoire avec son délicieux nouveau roman qui ne manque ni de sels ni de poivre. N'oublions pas que l'auteure (que nous accueillerons d'ailleurs à la librairie bientôt) est une spécialiste d'un siècle qui vit évoluer Sade et Casanova, deux figures opposées d'une même liberté conquise sur les ténèbres de l'âge classique. Les princesses sont les infantes, objets de tractations politiques qui se moquent de leur âge. Mademoiselle de Montpensier, la fille du Régent Philippe d'Orléans est « proposée » à Philippe V pour son héritier, en échange de quoi on mariera le Dauphin à l'infante venue d'Espagne, habile calcul qui permettrait de conforter une paix familiale et d'arroser au Bourbon une famille bien en place. Rien ne se passe comme prévu, au grand plaisir de Chantal Thomas qui nous raconte avec délectation l'enchaînement de circonstances, du mépris ambigu du futur Louis XV dont on n'oublie pas les appétits qu'il manifestera plus tard, aux errements de la princesse en passant par la disparition inopinée de l'ogre d'Orléans. Mais ce qui force l'admiration à la lecture de cette histoire revisitée est la vision qu'elle nous donne de ces enfants jetés aux loups de la cour, aux folies partisanes, aux désirs bruissants. Passant d'un registre à l'autre, Chantal Thomas nous rappelle avec brio que dans « roman historique », ce genre terriblement à la mode, il y a avant tout roman et que c'est dans cet exercice-là, cette liberté contrôlée, que l'on découvre les talents. C'est peu de dire que l'auteur des Adieux à la reine n'en manque pas.

Les beaux livres

Que le spectacle commence

Des cadeaux originaux

Pour (re)découvrir Camus

Pour (re)découvrir Proust

Pour (re)découvrir Cocteau

Pour tout savoir sur les grands écrivains

Ces grands voyageurs

De l'aventure

Les grandes destinations

Se jeter à l'eau

Les beaux livres de littérature de voyage

Faire plaisir à coup sûr

Les femmes qui écrivent sont dangereuses…

Nos coups de cœur (en littérature française)

Redécouvrir les classiques

Les confirmations

Les incontournables

Nos coups de cœur (en littérature étrangère)

Les curiosités

Pour les cœurs tendres…

Pour les lecteurs en quête d'aventure

Les indispensables du rayon Humour

Ces gens qui nous font rire

Le petit cadeau en plus

Ils ont fait leurs preuves

Chargement...