Chargement...
Chargement...

Quand les hommes investissent la cuisine et s'emparent des fourneaux

Publié le 04/07/2005
Existe-t-il une cuisine d'hommes ?Difficile de répondre à cette question. Si, au quotidien, ce sont souvent les femmes qui font la popote, il faut reconnaître que les grandes tables françaises restent aux mains des hommes. Ces messieurs fuiraient-ils la routine pour ne se mettre aux fourneaux que pour créer, innover ?

Lettrineout le monde connaît Michel Bras, Alain Ducasse, Olivier Roellinger et consorts, fleurons de la gastronomie française. Qui n'a pas rêvé de s'offrir un repas dans l'un de leurs établissements ?
Mais tout le monde connaît aussi des Michel, Thierry, Dominique : cuisiniers anonymes qui se laissent aller au gré des marchés qu'ils fréquentent et des produits qu'ils rencontrent.

L'anonymat, il ne connaît plus depuis longtemps car cette bête de cinéma est sur tous les fronts. Notre Depardieu national fait du vin et aussi la cuisine et ses petits plats traditionnels sont à l'affiche de Ma cuisine.

Tandis que les grands chefs connaissent parfois l'angoisse du "plat blanc", la peur de ne plus être inspiré, comme dit Roellinger, nos hommes aux fourneaux, loin des toques et des étoiles, n'ont que le souci de régaler leurs proches ou de séduire les filles autour d'un petit bon petit plat de leur confection. C'est le propos du Livre de cuisine pour les garçons qui veulent épater les filles : peu de matériel, des recettes simples et très inventives et c'est le succès garanti !

Dans Cuisine d'hommes, 16 portraits d'hommes de tous âges et de tous horizons nous livrent leurs recettes préférées. Ils tiennent cette passion d'une mère, d'une grand-mère ou ont été inspirés par la lecture d'un livre. Asiatique, traditionnelle, africaine, la cuisine est ici synonyme de passion, de partage et d'évasion.

D'évasion par la mer il en est surtout question dans le très beau livre d'Olivier Roellinger, Une cuisine contemporaine. Car c'est par la mer que sont arrivés il y a quelques siècles les fruits et les épices qui enrichissent maintenant notre patrimoine culinaire . 18 produits basiques tels que le haricot, le café, la tomate sont mis en scène par le chef breton.

Cap sur le bassin méditerranéen qui a inspiré Alain Ducasse pour une anthologie de 500 recettes issues des traditions culinaires du sud de la France, d'Espagne, d'Italie et du Maghreb. Classées par ordre alphabétique de produits, ces recettes adaptées par le chef du restaurant Louis XV à Monaco restent accessibles à tout bon cuisinier.

Michel Bras nous fait cadeau de ses recettes et de certains de ses tours de main dans Petits festins et desserts, compilation de 2 ouvrages parus il y a quelques années et c'est du pur bonheur.  Les légumes confits que l'on déguste avec une glace à la vanille, la peau de lait dont on se sert pour le quatre-quarts sont quelques-unes des merveilles du livre.
 
Mais si nos hommes n'ont pas tous le talent d'un Bras ou d'un Roellinger ils pourront toujours fourbir leurs armes avec Les jules aux fourneaux, 270 recettes variées qui font de ce livre un bon basique.

Enfin, si Monsieur n'ose pas se lancer pourquoi ne pas cuisiner avec lui à quatre mains ?  Dans A deux en cuisine la préparation du plat se fait à deux en suivant chacun ses explications respectives.

Chargement...